From the myth of natural authority to teachers’ educative authority : knowledge to build between representation and action - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2007

From the myth of natural authority to teachers’ educative authority : knowledge to build between representation and action

Du mythe de l’autorité naturelle à l’autorité éducative de l’enseignant : des savoirs à construire entre représentation et action

(1)
1
Bruno Robbes

Abstract

Beyond authority based on authoritarianism and evacuated authority, the paradigm of educative authority dealt with in this thesis is trying to reanalyse a question which teachers come up against : how can they use their authority ? Agreeing about a new definition of educative authority, based on its socio-psychogenesis and its etymology, is essential. Our double methodological choice focused on the analysis of speeches, among a varied sample of sixteen teachers. Clinic interviews led to clear up unconscious meanings of authority, according to personal stories. A whole background of representations, of relationships with the practice of the job, with oneself and with the others is brought forth, which generates intra-psychical conflicts, fantasms, defensive mechanisms. Clarifying interviews enabled to reveal acting knowledge used by the very same teachers when practising authority in specified situations. Numerous sensorial information takings are directing action. Verbal interventions are overshadowing in the transmission of messages, but knowledge linked to the body often turns to be more efficient. The authority used is educative : if in their internal questioning, teachers translate with exactness the intentions they think their pupils have ; if knowledge used and goals defined refer to the ban on violence. Eventually, links are being created between the aware meaning of actions and some of their unconscious significances. Thus, we support that teachers’ authority is not “natural” but that it is the result of a construction of knowledge within action.
Le paradigme de l’autorité éducative que je développe dans cette thèse est une tentative pour repenser une question largement évoquée aujourd’hui, qui n’en est qu’à ses prémisses en termes de pensée autre et de réponses opérantes. La problématique de l’autorité se situe à un tournant. Des demandes de restauration (autorité autoritariste) cœxistent avec un discours qui discrédite l’idée même d’autorité (autorité évacuée). Le concept est souvent insuffisamment défini, associé à la force, confondu avec le pouvoir. À partir de sa socio-psychogénèse et de son étymologie, l’autorité se révèle au fondement de l’humain comme un phénomène à la fois psychologique et relationnel, qui comporte trois significations indissociables : être l’autorité (autorité statutaire), avoir de l’autorité (autorité de l’auteur qui s’autorise et autorise l’autre) et faire autorité (autorité de capacité et de compétence). Je définis l’autorité éducative comme une relation statutairement asymétrique dans laquelle l’auteur, disposant de savoirs qu’il met en action dans un contexte spécifié, manifeste la volonté d’exercer une influence sur l’autre reconnu comme sujet, en vue d’obtenir de sa part et sans recours à la contrainte physique une reconnaissance qui fait que cette influence lui permet d’être à son tour auteur de lui-même. Cette reconnaissance constitue l’élément clé du processus de légitimation de l’autorité éducative. Mon double choix méthodologique s’est porté sur l’analyse des discours, auprès d’un échantillon diversifié de seize enseignants (en termes de type d’établissement, sexe et âge). L’entretien clinique de recherche m’a permis d’appréhender l’actualité des représentations, d’élucider les significations inconscientes des discours des sujets enseignants sur l’autorité, en lien avec leurs histoires singulières. Avec l’entretien d’explicitation, j’ai pu mettre au jour les savoirs d’action mobilisés par ces mêmes enseignants dans la pratique d’une autorité éducative, à travers des situations spécifiées qu’ils avaient choisies d’évoquer. La question lancinante du « comment faire ? » a commencé à trouver des réponses. L’analyse des entretiens cliniques a montré que les interviewés faisaient référence à leur histoire personnelle, en particulier lorsqu’ils évoquaient l’enseignant auteur de lui-même. Des dimensions inconscientes sont apparues, révélant que l’autorité enseignante comprenait tout un arrière-plan de représentations, de rapports à l’exercice du métier, à soi et aux autres qui généraient conflits intrapsychiques, fantasmes, mécanismes défensifs. Avec l’entretien d’explicitation, j’ai établi que de nombreuses prises d’information sensorielles (visuelles, auditives et spatiales) orientaient l’action des enseignants. L’autorité exercée est éducative si dans leur dialogue interne, ils interprètent avec justesse les intentions qu’ils prêtent aux élèves. Lorsqu’ils transmettent des messages d’autorité, les enseignants utilisent des savoirs d’action qui mobilisent la communication dans toutes ses dimensions. Les interventions verbales dominent, mais des savoirs liés au corps s’avèrent souvent plus efficaces : positionnement, déplacements, distance physique, regards, solutions matérielles, gestes. Pour pouvoir qualifier d’éducative l’autorité exercée, les savoirs utilisés et les buts définis se réfèrent à l’interdit de violence. Enfin, les interviewés établissent eux-mêmes des liens entre le sens conscientisé de leurs actions dans les situations évoquées – moments signifiants de leur pratique professionnelle et quelques-unes de leurs significations inconscientes. Je soutiens que l’autorité de l’enseignant n’est pas « naturelle » mais qu’elle résulte d’une construction de savoirs dans l’action…
Fichier principal
Vignette du fichier
THESE corrigée Bruno ROBBES.pdf (5.64 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-03265033 , version 1 (18-06-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03265033 , version 1

Cite

Bruno Robbes. Du mythe de l’autorité naturelle à l’autorité éducative de l’enseignant : des savoirs à construire entre représentation et action. Education. Université Paris X Nanterre, 2007. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-03265033⟩
160 View
66 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More